Dépistage et bonne réaction au cancer de la prostate

Quand certaines cellules de la prostate se reproduisent plus rapidement que pour une prostate normale et que tout ça forme une tumeur, on a affaire à un cancer de la prostate.

Si le cancer n’est pas traité, les cellules cancéreuses se propagent dans le corps (notamment os et ganglions lymphatiques). Naissent alors des métastases ou tumeurs secondaires.

On peut empêcher le développement du cancer tant qu’il est uniquement développé dans la glande prostatique.

Le principal problème du cancer de la prostate est l’absence de symptômes chez les hommes atteints.

Quelques facteurs de risque du cancer de la prostate semblent être le manque d’exercice, une mauvaise alimentation et peut-être une origine ethnique noire africaine.

Les symptômes du cancer de la prostate sont un début urinaire lent et difficile à stopper avec une difficulté au début du pipi et une nécessité d’urine souvent notamment la nuit. L’éjaculation est douloureuse et difficile et on peut avoir du sang dans l’urine ou le sperme.

2 tests permettent de détecter le cancer de la prostate:

  • Test Sanguin (APS : Antigène Prostatique Spécifique pour identifier la présence dans le sang d’une protéine produite spécifiquement par les cellules de la prostate, l’antigène Prostatique Spécifique)
  • Examen Physique (TR : Toucher Rectal pour détecter un gonflement, un durcissement de la prostate ou des ganglions)

Si ces 2 tests donnent des résultats suspects, il faut alors faire une biopsie qui est l’unique manière de détecter un cancer. Il y a plusieurs types de cellules dans la prostate et chacune joue un rôle dans la progression du cancer. Les médecins font aussi différents tests pour mesurer l’évolution du cancer, déterminer le niveau de gravité et imaginer un programme de traitement.

Différents traitements existent pour soigner un cancer de la prostate.

Quand le cancer est bénin, on se contente de le surveillé avec des biopsies APS tous les 6 mois ou tous les ans ou 2 ans.

Quand le cancer de la prostate est plus important, on peut procéder à une prostatectomie, c’est-à-dire une ablation de la glande prostatique (séjour d’une à 2 nuits à l’hôpital).

On peut aussi utiliser les rayons X pour traiter le cancer. De courts faisceaux pulsés de rayons X sont envoyés de l’extérieur du corps en direction de la prostate, quelques minutes chaque jour, en moyenne 5 jours par semaine pendant 7 semaines.

La curiethérapie consiste elle en une radiation émise de l’intérieur de la prostate. Des grains radioactifs sont placés en permanence dans la prostate pour tuer la tumeur. Le protocole est effectué sous anesthésie et nécessite un séjour à l’hôpital.

La testostérone est l’hormone qui sert de carburant à la croissance des cellules cancéreuses de la prostate. En la prenant pour cible, on « assèche » les cellules cancéreuses, cela s’appelle l’hormonothérapie ou thérapie par privation androgénique. Cette méthode n’est pas utilisée de manière générale et ne permet pas de guérir complètement un cancer de la prostate car certaines cellules continuent de se développer.

La majorité des cellules tumorales du cancer de la prostate répondent à la diminution de la testostérone. Cependant certaines cellules grossissent indépendamment de la testostérone et ne sont pas éliminées avec l’hormonothérapie. Si ces cellules sont laissées sans surveillance, les hormonothérapies ont un effet de moins en moins efficace sur la croissance de la tumeur dans le temps.

Pour cette raison, l’hormonothérapie ne semble pas être la meilleure des stratégies pour lutter contre le cancer de la prostate, d’autant qu’elle ne guérit pas de la maladie. Elle véhicule également des toxicités indésirables. Néanmoins elle n’en demeure pas moins une étape importante dans la gestion de la maladie à un stade avancé. Elle fait partie du panel d’outils thérapeutiques utiles à un certain moment du combat contre le cancer de la prostate, qu’il soit chronique ou à un stade avancé.

Effets secondaires du traitement d’un cancer de la prostate

Les 2 principaux effets secondaires du traitement du cancer de la prostate sont l’incontinence (fuite involontaire d’urine) et les troubles de l’érection (difficulté à avoir ou à maintenir une érection) car la prostate est située juste en dessous de la vessie et est entourées des nerfs qui contrôlent l’érection. Il existe à notre époque de nombreux traitements médicaux et chirurgicaux qui permettent de soigner l’incontinence et les troubles de l’érection.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer