Le régime paleo est-il bon pour les sportifs ?

La diète paléolithique ou régime paléo consiste principalement à éviter les produits laitiers et les céréales (donc notamment le pain).

Le régime paléo est donc très pauvre en glucides avec une part de ceux-ci à 22%-40% contre 50%-60% dans une alimentation classique.

Le célèbre régime Dukan est une variante du régime paléo ou « chasseurs cueilleurs ».

La diète paléolithique est concentrée sur les volailles, les viandes, les poissons, les oeufs, les fruits de mer, les fruits et légumes pauvres en amidon, les noix et graines.

Elle limite la consommation d’huiles, d’avocats, de fruits séchés, de thé et café et d’alcool, de produits céréaliers et laitiers, de produits transformés ou en conserves, de légumes riches en amidon, de viandes grasses.

régime paléo

A l’évidence, le régime paléo supprime l’ingestion d’aliments transformés MAIS l’apport en glucides y est trop faible pour convenir aux besoins des personnes qui font beaucoup de sport, alors même qu’il est mis en avant pour ces gens.

On parle aussi souvent pour définir ce régime de régime des chasseurs-cueilleurs, cétogénique ou diète ancéstrale, préhistorique.

Dans l’esprit de pas mal de gens, régime paléo rime avec force des hommes d’avant, force dont on a d’ailleurs peut de preuves et hommes dont on oublie qu’ils pourraient très jeunes.

On croit que nos ancêtres, très actifs physiquement, consommaient une grande quantité de lipides. Les lipides étaient alors une source d’énergie plus présente et importante que les glucides. Le gras contre le sucre..

On pense alors qu’on pourrait imiter nos ancêtres en remplaçant le sucre (glucides) par le gras (lipides).

Pourtant, on sait scientifiquement qu’une alimentation riche en glucides optimise l’entrainement.

Mais on sait aussi que le sucre est la cause première de la mortalité dans le monde de par ses conséquences sur les maladies notamment sur l’obésité et les problèmes cardiovasculaires.

Les adeptes de la diète paléo sont souvent des adeptes de sports dit de « force » ou de crossfit mais aussi des pratiquants de triathlon, de marathons, de trails.

Quelques uns d’entre eux arrivent à passer d’une alimentation riche en glucides à une alimentation riche en lipides pour tirer leur énergie des lipides plutôt que des glucides (après un temps d’adaptation du métabolisme).

Si la population sédentaire a intérêt à réduire sa consommation de sucre, les sportifs ont intérêt à continuer de consommer des glucides pour restaurer les réserves musculaires et hépatiques de glycogène (le supercarburant des muscles).

Attention aussi au fait que la digestion d’aliments riches en lipides est plus compliquée que celle d’aliments riches en glucides.

Par ailleurs, une alimentation de ce type augmente la pression artérielle ce qui est dangereux pour les personnes qui y sont sensibles, notamment les personnes d’un certain âge.

Même si il y a quasiment 2 fois plus d’énergie dans 100g de lipides que dans 100g de glucides, les dernières études scientifiques ont montré qu’un régime paléo améliore la capacité de l’organisme à métaboliser le gras mais qu’aucune amélioration de performance n’est mesurée sur le long terme et que sur des efforts intenses la performance baisse !

En effet, les muscles actifs utilisent facilement l’énergie stockée dans des réserves de glycogène alors que les molécules de gras doivent d’abord être scindées en acides gras et autres pour pouvoir être utilisées.

Dans un effort intense de plusieurs dizaines de minutes, quasiment toute l’énergie dépensée vient de l’oxydation des glucides.

Dans les efforts longs en endurance, il est connu que les lipides contribuent (d’où l’intérêt de faire beaucoup d’endurance si on veut perdre du gras).

Certains athlètes d’endurance, tentent donc le régime paléo en se disant qu’en réduisant les glucides, ils améliorent les capacités de leur organisme à métaboliser les lipides. Aucune recherche ne valide cette idée.

Si on va jusqu’au bout de cette hypothèse, avec par exemple très peu de glucides dans l’alimentation, l’organisme produit des corps cétoniques (d’où le fait qu’on parle aussi de diète cétogénique)  qui vont être utilisés comme source d’énergie avec une grosse élimination d’eau par les reins, ce qui donne l’impression d’amaigrissement alors qu’en réalité, la masse graisseuse ne baisse pas.

Si vous voulez à tout prix tenter le régime paléo, n’oubliez pas non plus ce dont personne ne parle, vous sentirez mauvais de la bouche :-))

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer