Reprise du sport après une intervention chirurgicale TOT

Reprendre le sport après une intervention chirurgicale relève toujours d’un vrai défi. Après avoir subi une intervention TOT qui vise à limiter l’incontinence urinaire d’effort, on peut très bien se remettre à une activité physique régulière, à condition de le faire progressivement.

Les suites de l’intervention chirurgicale

L’opération TOT (pour trans-obturator tape) est une intervention pratiquée sur l’urètre censée renforcer le sphincter afin de réduire les fuites urinaires d’effort. Cette chirurgie touche la région pelvienne et le processus de guérison peut durer plusieurs semaines. S’il n’y a pas de complications comme des saignements vaginaux ou urinaires, de la douleur ou de la fièvre, il est possible d’envisager de reprendre doucement le sport après un TOT. Toutefois, ne pensez pas tout de suite atteindre votre niveau d’activité initial. En fait, trop de mouvements abimeraient vite les sutures de l’incision. Avant de vous remettre à une activité physique quelconque, prenez le temps d’en parler avec votre médecin. Il sera à même de vérifier que la plaie se soit bien cicatrisée, qu’il n’y a aucune infection urinaire ou saignement.  

La convalescence après une intervention chirurgicale TOT

Après une chirurgie, il est important d’attendre au moins 6 semaines avant de reprendre le sport. En fait, il s’agit d’un traumatisme qui a un impact physique et émotionnel même s’il n’y a pas eu de complications majeures.  Pendant ces 6 semaines, limitez-vous à des activités douces. Vous pouvez marcher, vaquer à vos occupations quotidiennes à condition que celles-ci ne soient pas épuisantes. Ecoutez votre corps car la guérison se fait différemment selon les personnes. Le suivi doit être régulier les premières semaines pour déceler toute anomalie de cicatrisation et pour évaluer la tonicité des muscles. La transition vers vos habitudes sportives doit être douce pour être bénéfique.

Les premiers exercices après une intervention chirurgicale TOT

Entamez votre premier entrainement tout en douceur. Ne vous lancez surtout pas dans des exercices dangereux. En effet, vos muscles pelviens reprennent encore de la force. Un mouvement brusque peut vous blesser, et c’est ce qu’il faut éviter à tout prix. Commencez toujours par un échauffement pendant 5 minutes et terminez avec un temps de relaxation de 5 minutes. Ne faites que des séquences de 10 minutes les premières fois, à une fréquence de 3 fois par semaine. Il est important de boire beaucoup d’eau lorsque le corps est sollicité.

Augmenter l’intensité Vous pouvez prendre conseil auprès d’un kinésithérapeute pour la suite de votre entrainement. Montez les échelons graduellement. Ne vous forcez pas tout de suite. Pour renforcer votre plancher pelvien, pratiquez périodiquement des exercices de Kegel. Dans n’importe quelle position, contractez vos muscles périnéaux en simulant le fait d’arrêter d’uriner. Faites des séries de 5 secondes et répétez. Mettez-y de la patience et de la persévérance car ce ne sera pas facile de retrouver vos performances d’avant. La perte de motivation peut survenir, mais essayez de faire du sport quand vous le pouvez. Enfin, on ne vous le dira jamais assez : respectez votre corps et restez à l’écoute. A la moindre douleur ou la moindre sensation de fatigue, arrêtez tout de suite votre entrainement et consultez votre médecin.

Voyons maintenant plus précisément la reprise de certains sports après une intervention chirurgicale TOT.

Course à pied après TOT

La chirurgie TOT est un acte invasif qui sert à empêcher la survenue de fuites urinaires d’effort. Au cours de cette intervention reconnue pour son efficacité, le chirurgien introduit une bandelette sous l’urètre pour soutenir le sphincter du col vésical dans sa fonction. Ceci permet alors de bien fermer le « robinet » même quand les muscles sphinctériens sont affaiblis et que la pression venant de l’abdomen est élevée. Comme pour toute intervention chirurgicale, le corps subit un certain traumatisme et aura besoin de temps pour guérir parfaitement. Les sportifs devront donc attendre la fin de la période de convalescence avant de se lancer dans leur activité favorite. Au bout de 15 jours, à condition qu’il n’y ait aucune complication, on peut envisager de commencer par des activités d’échauffement.

La marche

Avant d’exiger énormément de votre corps, reprenez les activités basiques. La marche constitue une activité légère qui aide le corps à se réhabituer progressivement aux efforts. Elle est aussi exempte de dangers pour les seniors. Créez vos moments de sortie quotidienne pour prendre l’air tout en échauffant doucement vos muscles. Un quart d’heure puis une demi-heure par jour suffiront pour les premières semaines qui suivent votre opération. A partir de 6 à 9 semaines, vous allez pouvoir augmenter la cadence et la durée de vos sorties.  Ne vous contentez plus de la simple promenade dans le quartier. Etendez vos trajets. Si vous ne rencontrez pas de problème particulier, c’est-à-dire de douleur, de crampes au niveau du bassin, de saignements vaginaux, de fuites urinaires, vous pouvez augmenter l’intensité de l’entrainement cardio-vasculaire. N’oubliez pas de vous hydrater et de bien manger avant et au cours de votre séance.

Passer à la course à pied

Une fois que vous vous sentez d’attaque, montez les escaliers, utilisez un peu plus les muscles de votre bassin et de vos cuisses. En effet, la course à pied sollicite un certain nombre de groupes musculaires qu’il va vous falloir retravailler. Après vos échauffements, faites des séries de quats en écartant vos pieds pour remuscler vos quadriceps, exercez vos ischio-jambiers en remontant le talon au niveau de la fesse correspondante, et faites des flexions de cheville pour renforcer les mollets. Retrouvez la stabilité de votre corps et la force de votre foulée en travaillant les muscles abdominaux. Même en y allant modérément, assurez-vous d’entrainer ces muscles régulièrement pour un meilleur rendement. En cas de fatigue extrême ou de douleur inhabituelle dans l’entre-jambes, cessez immédiatement les mouvements agressifs. N’hésitez pas à demander de l’aide auprès d’un kinésithérapeute spécialisé chez les seniors pour vous assister dans la reprise de la course à pied. Enfin, pensez à bien vous équiper d’une bonne paire de runnings pour éviter la survenue d’entorse ou de luxation.

Refaire du cheval après une intervention chirurgicale TOT

L’impact de la chirurgie

La chirurgie TOT ou Trans-obturator tape est un traitement pour l’incontinence d’effort. Elle implique une incision à travers le vagin et sur les plis des cuisses pour atteindre la région sous-urétrale. L’intervention est efficace car pour 90% des femmes qui en ont bénéficié, les symptômes de fuites urinaires ont disparu. Elle est aussi bien tolérée car peu de complications se posent lorsque la procédure est bien menée. Cependant, comme tout acte chirurgical, elle requiert une période de convalescence pour permettre aux différentes couches musculaires de cicatriser normalement.  Il faut aussi avant tout s’assurer que la bandelette synthétique qui a été placée sous l’urètre comme soutien de la structure remplisse bien ses fonctions.

Comment recommencer à monter ?

Monter à cheval procure du plaisir pour bon nombre de gens. Toutefois, ce sport n’est pas dénué de risques. Ne vous précipitez pas à aller en selle dès les premières semaines qui suivent votre opération. Vous avez eu une incision dans une zone délicate. Et pourtant, même si vous faites du cheval en étant en bonne santé, le risque de chute est inévitable. La gestion de l’équilibre n’est pas si simple surtout que l’animal a déjà lui-même à ménager son équilibre. Il est prudent de commencer avec des exercices de flexion des genoux et des chevilles, des exercices de raffermissement du périnée et de la marche. Poursuivez ensuite par du trot sur des sentiers tranquilles en évitant tout ce qui pourrait perturber votre cheval.

Les particularités de l’équitation

L’activité facilite la guérison. Toutefois, la pratique intensive ne doit pas être votre objectif principal après une chirurgie pelvienne. Si elle est bénéfique sur le dos, l’équitation est très exigeante sur les membres inférieurs et le périnée surtout lors des poussées et des tractions. Le monteur doit souvent fléchir ses genoux pour amortir le mouvement lorsque le cheval trotte ou galope. Le muscle quadriceps de la cuisse contrôle cette flexion. Les articulations et les tendons sont aussi très sollicités. La crampe et la fatigue sont prévisibles.

Les précautions à prendre pour la cavalière

La pratique de l’équitation en elle-même favorise l’incontinence urinaire d’effort. Il est important de donner du temps au corps pour qu’il se cicatrise avant de se lancer dans les compétitions. Au fur et à mesure que l’âge avance, il est préférable de pratiquer uniquement l’équitation de loisir. Ne manquez pas l’équipement protecteur pour réduire au mieux les blessures. Par exemple, un casque est préférable à la bombe. Même si l’effort cardio-vasculaire est moindre au cours de l’équitation de loisir, n’oubliez pas l’hydratation. Dès que le trajet est plus long, pensez à boire de l’eau additionnée de sucre ou de miel. Si vous restez en selle pendant plus de 3 heures, munissez-vous de barres énergétiques pour pallier au besoin en sucres lents.

Refaire du ski après une intervention chirurgicale TOT

Les suites chirurgicales

L’intervention TOT est effectuée par les voies naturelles. A travers le vagin, une bandelette en polypropylène est introduite sous l’urètre pour supprimer les fuites urinaires d’effort lorsque les exercices musculaires n’ont pas été efficaces. L’opération dure une trentaine de minutes, se fait sous anesthésie générale ou locorégionale mais la convalescence peut prendre plusieurs semaines. La région pelvienne se trouve fragilisée pendant quelque temps, rendant difficile la pratique intensive d’une activité sportive. Il est donc prudent de différer vos projets d’aller skier.

Le ski : un sport complet

Bien qu’il ne semble impliquer que les jambes, le ski est un sport qui demande beaucoup à tout l’organisme. Le système cardio-vasculaire est très actif pendant les épreuves de ski de fond. Et même le ski de descente demande une bonne vue, une concentration, une grande agilité et une endurance parfaite. La pratique du ski alpin se concentre sur l’usage des muscles des membres inférieurs (quadriceps, fléchisseurs du genou) et les muscles du bassin et du dos. Les articulations de la hanche (coxo-fémorale) et du genou (fémoro-tibiale) sont aussi concernées. En tant que sport de plein air, le ski est bénéfique pour l’oxygénation du corps, pour la concentration, pour l’endurance.

Les conditions pour se remettre au ski

Recommencer le ski est chose tout à fait possible si vous avez déjà été un bon skieur. Vous n’aurez plus à apprendre les notions d’équilibre, de vitesse et d’adresse. Après une chirurgie TOT, vous allez juste devoir ménager certains groupes musculaires. Votre bassin sera très sollicité. Aussi, pensez à le muscler avant de vous lancer sur les pentes. Des exercices au sol comme le pont et les exercices de Kegel raffermissent respectivement les muscles lombaires et le périnée. Après les 2 semaines de convalescence nécessaires  remettez-vous d’abord à la marche dans le jardin ou tranquillement dans votre quartier. Prolongez ensuite votre périmètre pour être prêt à dévaler les clubs de ski à 6 mois de votre opération. La dépense énergétique est énorme, d’où le besoin d’une préparation minutieuse pour une personne qui vient d’être opérée. Faites-vous suivre par votre médecin jusqu’au rétablissement complet.

Quelques règles importantes

Certaines précautions sont vraiment nécessaires pour pratiquer à nouveau le ski alpin ou le ski de fond en toute sécurité. Déjà, si vous êtes de la catégorie des seniors, oubliez le ski extrême. Il est préférable d’utiliser le ski comme une activité de loisir plutôt que de prendre d’énormes risques inutiles. Seul un bon équipement peut vous protéger efficacement. Prenez soin d’utiliser un excellent matériel, adapté à votre âge. Couvrez-vous suffisamment pour prévenir l’hypothermie et hydratez-vous soigneusement. Pour profiter du bien-être et de la sensation de liberté que procure ce sport, évitez les blessures. Pour cela, allez-y modérément en écoutant les réactions de votre corps. Fatigue et sensations vertigineuses doivent vous conduire à arrêter immédiatement la pratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer