Techniques d’ IVG

Il existe 2 méthodes d’IVG :
• la méthode chirurgicale
• la méthode médicamenteuse

La méthode utilisée dépend du choix de la femme concernée et du terme de la grossesse. Le choix de la méthode d’IVG utilisée se fait avec l’aide du médecin pendant les 2 consultations médicales obligatoires avant l’IVG (voir Démarches d’avant IVG )

L’IVG chirurgicale  peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, c’est à dire 14 semaines après le début des dernières règles. L’IVG chirurgicale est pratiquée obligatoirement en établissement de santé.

L’IVG médicamenteuse peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles. L’IVG médicamenteuse est pratiquée, soit en établissement de santé, soit en cabinet de ville.

Tous les établissements de santé publics ou privés ne pratiquent pas l’IVG médicamenteuse ET l’IVG chirurgicale !

De plus, certains établissements sont surchargés et les délais peuvent être longs. Il faut donc réserver à l’avance ou téléphoner au préalable.
On peut se trouver en grave difficulté lorsque le délai légal d’accès à l’IVG risque d’être dépassé.

Que l’on choisisse IVG chirurgicale oui IVG médicamenteuse, si le groupe sanguin est Rhésus négatif, la femme recevra une injection de gamma-globulines anti-D pour éviter des complications lors d’une prochaine grossesse. Voilà pourquoi il est essentiel que la patiente fournisse son groupe sanguin lors des consultations préalables à l’IVG.

L’IVG chirurgicale consiste en une aspiration de l’oeuf, précédée d’une dilatation du col de l’utérus (L’ouverture du col utérin peut être facilitée par l’administration d’un médicament).
Le médecin introduit dans l’utérus une canule de calibre adapté à l’âge de la grossesse; la canule est reliée à un système pour aspirer le contenu de l’utérus.

L’IVG chirurgicale se fait sous anesthésie locale ou générale. Elle dure une grosse dizaine de minutes au maximum et ne nécessite pas d’hospitalisation supérieure à quelques heures.

Les complications sont très rares mais la femme peut avoir à la suite d’une IVG chirurgicale de la fièvre, avec une température supérieure à 38° ; des pertes importantes de sang ; de fortes douleurs abdominales  ou mêmes des malaises. Dans tous les cas il lui est recommandé de contacter son médecin.

A la suite d’une IVG chirurgicale, une visite de contrôle  a lieu entre le 14e et le 21e jour après l’intervention chirurgicale.
Elle permet de s’assurer qu’il n’existe pas de complication comme une infection utérine ou une rétention ovulaire (fragments de grossesse).
La consultation de contrôle permet aussi au médecin de vérifier que la femme a un moyen contraceptif adapté à sa situation. Il peut être proposé aussi un entretien psycho-social si la dame a des difficultés à vivre la suite de son IVG.

L’IVG par médicaments consiste à prendre 2 médicaments différents (comprimés) en présence du médecin au cours de deux consultations, puis, à vérifier que la grossesse est bien interrompue au cours d’une visite de contrôle.

La première consultation d’une IVG par médicaments est une  prise de la mifépristone (Mifégyne ®). Ce médicament interrompt la grossesse en bloquant l’action de l’hormone
nécessaire au maintien de la grossesse (la progestérone). Il favorise les contractions de l’utérus et l’ouverture du col utérin.
Parfois, l’oeuf peut déjà être évacué à ce stade. Attention car des saignements à ce stade ne sont en aucun cas le signe que la grossesse est arrêtée.

La seconde consultation  d’une IVG par médicaments est une  prise de misoprostol (Gymiso ®),  36 à 48 h après la première prise de mifépristone.
Ce médicament augmente les contractions et provoque l’expulsion de l’oeuf.
Les contractions utérines provoquent des douleurs ressemblant à celles des règles, parfois plus fortes. Des antalgiques, qui agissent contre la douleur, sont le plus souvent prescrits.
Les saignements peuvent parfois se produire très vite après la prise du misoprostol, mais souvent plus tardivement.

Dans 60 % des cas, l’avortement (expulsion de l’oeuf) se produit dans les 4 heures suivant la prise du misoprostol ; dans 40 % des cas, l’avortement aura lieu dans les 24 à 72 heures
suivant la prise du misoprostol.

Dans le cas d’une IVG par médicaments, la visite de contrôle a lieu entre le 14e et le 21e jour après la prise de la mifépristone (Mifégyne®). La visite de contrôle est absolument nécessaire pour vérifier que la grossesse est interrompue et s’assurer de l’absence de complication.
L’interruption de la grossesse est généralement contrôlée par un examen de la patiente, souvent complété par une échographie ou un examen sanguin (dosage ßHCG). En cas d’échec (si la grossesse se poursuit), on passe sans tarder à une IVG chirurgicale.

Là aussi bien sûr , un entretien psycho-social peut être proposé aussi si la dame a des difficultés à vivre la suite de son IVG.

Une IG médicamenteuse peut se dérouler dans un établissement de santé ou chez un cabinet de médecin puisqu’elle ne nécessite ni anesthésie ni opération.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer