Don d’organes et greffes: comment ça marche ?

La greffe d’organes est un acte médical de dernière chance qui est envisagé quand l’état du malade se dégrade à tel point que seul le remplacement d’organes défaillants peut garder en vie la personne.

Dans 90% des cas, une greffe d’organes est permise par un don d’organes de quelqu’un de décédé. Un seul donneur peut sauver plusieurs malades.

Comment fonctionne le don et la greffe d’organes ?

Beaucoup de maladies graves peuvent conduire à une greffe: insuffisance rénale en phase terminale, malformation ou maladie cardiaque, maladie du foie, mucoviscidose, cancers de certains types.

Les techniques de greffe sont de mieux en mieux maîtrisées avec des résultats chaque jour meilleurs: une personne greffée peut avoir une vie quasi normale avec cependant un traitement à vie pour éviter le rejet de la greffe.

Environ 40000 personnes greffées vivent en France. Il y a chaque année environ 5000 greffes d’organes en France.

Donner ses organes.

Si on souhaite donner ses organes quand on meurt, il vaut mieux en informer ses proches et même laisser une trace écrite de ce souhait. De toutes façons, les spécialistes de l’hôpital demanderont toujours aux proches si il n’y avait pas d’opposition au don d’organes.

Si vous êtes opposé(e) au don d’organes, vous pouvez simplement le dire aussi à vos proches mais aussi vous inscrire au Registre National des refus.

Il faut télécharger le formulaire de refus du don d’organe sur  https://www.registrenationaldesrefus.fr/

et en l’envoyant au besoin par lettre classique à « Agence de la biomédecine; registre National des refus; 1 avenue du Stade de France; 93212 Saint-Denis La Plaine cedex ».

L’inscription à ce fichier interdit absolument le prélèvement et le don de vos organes pour une greffe.

Du don à la greffe: comment ça se passe ?

Quand une personne donneuse décède, l’équipe médicale veille à préserver les organes en vue d’un éventuel prélèvement. L’équipe médicale consulte de toutes façons le registre national des refus pour vérifier que la personne n’est pas opposée au don d’organes.

Ensuite, des analyses de laboratoire et des examens d’imagerie sont effectués pour évaluer la qualité des organes et vérifier la comptabilité avec les receveurs potentiels.

Si ces examens se révèlent intéressants, le prélèvement d’organes a lieu avec toute la rigueur et les précautions nécessaires car une greffe d’organes dépend aussi en grande partie de la façon dont ont été prélevés les organes.

Les « greffons » sont conditionnés à 4°C dans des conteneurs spécifiques, puis transportés le plus rapidement possible vers les hôpitaux où auront lieu les greffes.

La préparation de la greffe est assurée par des équipes médicales spécialisées et expérimentées: une greffe peut mobiliser jusqu’à 8 personnes et durer près de 12 heures !

Le corps du donneur est refermé  et rendu ensuite à la famille qui bien évidemment n’a aucun frais à payer.

Quels organes sont le plus greffés ?

Le rein est l’organe le plus greffé. Il y a aussi le foie, le coeur, les poumons, le pancréas et des parties de l’intestin.

Des tissus de la cornée, de la peau, des artères, des veines, des os et des valves cardiaques peuvent aussi être greffés.

La famille du donneur d’organes peut-elle contacter le receveur de la greffe ?

Le don d’organes est soumis au principe d’anonymat. Le nom du donneur n’est pas communiqué au receveur. Néanmoins, via les équipes médicales, le receveur ou sa famille peuvent écrire à la famille du donneur.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *