Fortnite: une drogue d’un nouveau genre

Nous sommes habitués depuis quelques années à voir les enfants et les adolescents (et parfois même les adultes) obsédés par un jeu, qu’il s’agisse de fruits, de pokemons ou de combats entre ou contre différents monstres.

Mais jamais un jeu n’avait semblé créer autant d’addiction que Fortnite (qui comptait fin 2018 quasiment 200 millions de joueurs).

Les exemples sont nombreux de jeunes partis complètement en vrille à cause de Fortnite (voir par exemple l’histoire de ce jeune devenu toxicomane suicidaire  ).

Certains parents ont déjà envoyé leurs enfants en cure de désintoxication de Fortnite.

L’addiction est définie comme quelque chose, un processus, qui peut générer des avantages à court terme avec ensuite un manque de contrôle du comportement.

Cet aspect de perte de contrôle est un aspect fondamental de la toxicomanie.

Une personne peut devenir « accro » sans ingérer ou s’introduire une substance addictive dans le corps. Le cerveau peut parfaitement développer des comportements addictifs comme ceux consécutifs à la drogue ou à l’alcool.

Ces comportements donnent envie de les répéter encore et encore, même s’ils interfèrent avec nos vies normales. Le renforcement de ces comportements peut être si fort que certaines personnes subissent un sevrage lorsqu’elles y mettent fin au comportement,comme dans le cas de la toxicomanie et de l’alcoolisme.

Les gens peuvent devenir agités, avoir du mal à dormir, et être irritables.

Les preuves scientifiques de l’imagerie cérébrale, des évaluations psychologiques et des traitements associant ces comportements à la toxicomanie sont très fortes en ce qui concerne la dépendance au jeu.

Dans le cas de Fortnite, certains experts comparent ses effets à ceux de l’héroïne (voir  https://www.telegraph.co.uk/news/2018/06/12/addictive-video-games-may-change-childrens-brains-way-drugs/ ).

Dans beaucoup de cas, Fortnite crée des problèmes familiaux, des divorces et des discussions sans fin avec le « encore une fois », « juste la dernière » que répètent sans fin les joueurs.

Quels que soient les écrits et explications d’experts à propos de Fortnite, le problème principal, pour les parents, est que les pouvoirs publics ne font absolument rien pour limiter les dangers de ce type de jeux.

Beaucoup de choses sont faites contre la cigarette, contre le shit et les drogues dures, contre l’alcool mais rien n’est fait contre les jeux vidéos.

Pourtant, des choses simples pourraient être entreprises.

Par exemple, le blocage d’internet sur les box est extrêmement facile à contourner par les adolescents. Il suffit qu’ils entrent dans l’administration de la box, facilitée même sans accès connu puisque le WPS permet de le rebooter. Il en résulte que même si Internet est bloqué, l’ado peut le débloquer facilement.

Si on arrive à limiter l’accès à certains sites, on peut aussi facilement limiter les durées de jeu sur de tels jeux.

Alors que des milliers de parents vivent un enfer et que des milliers d’enfants décrochent scolairement et ne dorment pas assez à cause de Fortnite, rien n’est pris en compte et fait par les autorités… par méconnaissance du phénomène ou par désintérêt ou à cause de certains lobbies ?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer